Méthodes d'évaluation

Trois méthodes sont à la disposition de l’évaluateur afin de déterminer la valeur marchande d’un immeuble faisant l’objet d’une évaluation. Dans un monde idéal, les trois méthodes seraient parfaitement applicables dans tous les cas, mais c’est rarement la situation rencontrée.

Dépendamment de l’immeuble en cause, certaines méthodes seront plus ou moins représentatives, et c’est justement le travail de l’évaluateur de juger de la pertinence d’une méthode plutôt que d’une autre et de valider l’applicabilité de chacune des méthodes qui sont à sa disposition afin de réaliser son analyse.

La méthode du coût ou du prix de revient ajusté

La méthode du coût consiste à établir la valeur de reconstruction d’un bâtiment pour ensuite y appliquer différentes dépréciations dans le but d’en déduire la valeur. Par la suite, on ajoute la valeur du terrain ainsi que la valeur contributive des améliorations qui y ont été apportées afin de déduire sa valeur marchande.
... En savoir plus

La méthode de la parité ou des prix de vente ajustés

La méthode de la parité est fondée sur le principe qu’un acheteur ne paierait pas plus cher pour un immeuble semblable, tous les facteurs étant égaux. Le travail de l’évaluateur consiste, dans un premier temps, à observer le marché des immeubles semblables à l’objet évalué. Il doit se mettre dans la peau d’un investisseur et rechercher les facteurs qui font en sorte que l’achat de la propriété évaluée plutôt qu’un autre immeuble comparable constitue une opportunité pour l’acheteur. Il doit observer les tendances et les opportunités du marché visé. Il doit aussi être en mesure de porter un jugement sur l’offre et la demande de propriétés de vocation similaire dans un secteur offrant les mêmes opportunités.
 
... En savoir plus

La méthode du revenu ou des revenus actualisés

La méthode du revenu est basée essentiellement sur le principe d’anticipation. L’achat d’un bien immobilier contre une somme d’argent en dollars actuels est fondé sur l’anticipation des revenus futurs générés par la propriété. On calcule donc dans le cadre de cette méthode les revenus escomptés par l’usage de la propriété, en tenant compte du risque relié au marché de l’immobilier. Le travail consiste donc à estimer la somme d’argent justifiée pour l’acquisition d’un immeuble dont on compte tirer des revenus de par son exploitation et/ou par sa revente à terme. Pour y parvenir, l’évaluateur doit poser un certain nombre d’hypothèses. 

 

... En savoir plus